KUPKΛ ΛNKH BΛLTHΛZΛR

Chroniques de l'ile oubliée

Kupka Ankh Balthazar : Chroniques de l'ile oubliée

Melpomène (V)

| 0 Commentaires

foix-castle-staircase_by_giardqatar

… DĂ©daignant la rampe, Melpomène laissait courir ses doigts le long du mur. Elle se tenait sur la droite des marches, lĂ  oĂą elle sont les plus larges, l’escalier en caracol tournant Ă  l’inverse des aiguilles d’une montre en descendant. Elle se souvenait qu’Ă  l’origine, le colimaçon des tours Ă©tait ainsi conçu pour que le dĂ©fenseur, celui qui venait d’en haut donc, jouisse d’une plus grande libertĂ© de mouvement de sa main droite, portant l’épĂ©e. Tandis que l’assaillant lui faisant face Ă©tait en revanche gĂŞnĂ© dans ses mouvements par la colonne centrale de l’Ă©difice. Plus habile, Atticus, dĂ©valait Ă  sa gauche, queue en point d’interrogation et pattes de velours vĂ©loces. Elle entendit une sĂ©rie de cris assourdis alors qu’elle n’Ă©tait encore qu’Ă  mi-parcours, puis des portes claquĂ©es sans doute, d’autres cris, une cavalcade au devant d’elle, en bas. Elle se figea sur place, avisa une haute meurtrière donnant sur la cour qui offrait, non loin, une occasion de replis possible au cas oĂą. Elle entrepris de franchir encore les sept ou huit marches qui l’en sĂ©parait. A ses pieds, Atticus, hirsute et crachant, s’Ă©tait mis Ă  grogner. A cet instant, l’inconnu qui montait quatre Ă  quatre les degrĂ©s Ă  sa rencontre se prĂ©cipita pratiquement sur elle. Il tenta au dernier moment de l’Ă©viter en bondissant Ă  sa droite, lĂ  ou les marches sont prĂ©cisĂ©ment les plus Ă©troites. Atticus lui agrippa la jambe au passage, toutes griffes dehors, mordant le mollet avec rage. L’intrus perdit l’Ă©quilibre, glissa, tenta de maintenir son Ă©quilibre du bras droit, le gauche portant une Ă©pĂ©e de bonne taille. L’arme lui Ă©chappa cependant, cascada en arrière dans un fracas de mĂ©tal abrutissant. Échouant finalement dans sa tentative de rĂ©tablissement, il s’Ă©croula, sa tĂŞte heurta l’une des contre-marches avec un bruit mat. Melpomène n’avait eu que le temps de se plaquer contre la paroi pour ne pas ĂŞtre dĂ©stabilisĂ©e ou blessĂ©e par les moulinets de l’homme et de son glaive. Elle avisa alors Feldspath, suivit de Malachite, son fils ainĂ©, tous deux essoufflĂ©s par la poursuite, qui constatèrent comme elle que l’importun avait perdu connaissance. Nettement entaillĂ©, son front laissait sourdre un abondant filet Ă©carlate qui s’Ă©panchait sur les marches. Son visage jeune, aux traits rĂ©guliers dĂ©nuĂ©s de tous frĂ©missements de vie paraissait figĂ© dans un au-delĂ  temporel provisoire, contredit par le rythme rĂ©gulier de sa respiration. Il avait les yeux clos et, n’Ă©taient ses habits tachĂ©s d’un rouge Ă©carlate, il semblait aussi calme qu’un dormeur assoupi gagnĂ© par les rĂŞves. Ses vĂŞtements Ă©taient usagĂ©s mais sa tenue restait nĂ©anmoins soignĂ©e et tĂ©moignait d’une mise recherchĂ©e. Sous un cache poussière en cuir bleu de Prusse craquelĂ© ornĂ© d’épaulettes d’officier napolĂ©onien, il portait une tunique arborant le dessin d’un dirigeable surmontĂ© d’une citation Ă  la gloire d’Oswald Batstaple, le cĂ©lèbre explorateur de mondes. Deux Ă©lĂ©gants pistolets d’arçon aux crosses incrustĂ©es d’ivoire passĂ©s dans la ceinture ainsi qu’une courte lance maintenue en travers du dos par un baudrier constituaient le reste de son armement. Un pantalon de toile noire dĂ©lavĂ©, une paire de bottes Ă  revers poussiĂ©reuses aux semelles usĂ©es complĂ©taient sa tenue. « Quel Ă©trange accoutrement… » murmura Melpomène… (suite)

Laisser un commentaire

Champs Requis *.


Je ne suis pas un robot! * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.