KUPKΛ ΛNKH BΛLTHΛZΛR

Chroniques de l'ile oubliée

Kupka Ankh Balthazar : Chroniques de l'ile oubliée

Feux d’or

| 0 Commentaires

Star Artist by Roberto Weigand

Fantaisie hermétique

[Prologue]

Un jour, me croirez-vous, je partis sur la lune.
Nulle nuit plus douce que si longue journée,
Il ne me fut depuis; dans ce matin ouaté
Que ne pouvait briser influence importune,

Usant d’artifices, l’astre blanc m’emporta.
Éon gibuleux, feu d’or de mes longues nuits,
L’ardeur de ses rayons Ă©thĂ©rĂ©s me happa.
Uranie transforma mon plein jour en minuit.

 

Coelestis-nigra
[Acte I]

En ballon je gagnais l’ocĂ©an sĂ©lĂ©nite,
Unique escapade sur la mer des soupirs.
Rayonnantes ondes oĂč vinrent insolites,
Au mitan des courants étoilés du désir,

ƒuvre au noir orĂ©e des lueurs impĂ©nitentes
Livrées aux feux invisibles des météores
Au croissant albée de la lune captivante
Nids de lumiÚre nacrée, cent perles de lune,

HalĂ©es jusqu’Ă  nous par cent vagues dentelĂ©es.
EmmenĂ©es par le flot jusqu’aux abords des dunes,
Nacelles fragiles des rĂȘves pĂ©trifiĂ©s,

Cyrano, mon aérien vaisseau revenu
Par terrestres contrées chargés de ces trésors,
Reprit, rapide argent, son voyage assidu.

 

Anatomia-alba

[Acte II]

Mnémosyne inspirante au verbe ciselé
Intrigue au firmament Le portail étoilé,
La rose des vents sous le secret manteau noir,
Lapidaire animée de mille trajectoires.

Enlevé au ciel par attraction invisible,
Éternelle marĂ©e des larmes de l’aiguail,
Sous emprise de lune, vagues indicibles,
Cristallines ardeurs d’un ocĂ©an d’opale.

Attaché aux embruns pourvoyeurs de jouvence,
Paisible traversée du vaisseau voyageur
Appareillant sur l’ondĂ©e cĂ©leste en partance.

Distantes pluies cachĂ©es de l’arcane sublime
EnchĂąssĂ©, gemme blanche sacrĂ©e, tendre cƓur,
Solide allié des géométries en abßme.

 

Rosa_rubea

[Acte III]

Sous le velours argenté brillent les étoiles
Ostinato diaprĂ© que l’automne ensemence
Largo lent de l’hiver habillĂ© de longs voiles
Vert printemps retrouvĂ©, puis l’Ă©tĂ© en alliance

Ententes muettes des syllabes secrÚtes
Évidence dĂ©livrĂ©e en langue de moineaux
Tempus rerum imperator, longues attentes
Coups d’aile multipliĂ©s des volatiles d’en haut

Ombreux gardien des bois éternels, jeune hÚre,
Arpentant la terre lustrale, en son blanc charroi,
Gorgée de purs accords roulant hors des orniÚres.

Unique et rouge stridence, silencieuse
Lune en decrescendo des frissons oĂč tournoient
ArĂ©iques, les anges servants l’aube heureuse.

[Epilogue]

Décompte mes rimes et lis, relis sans fin,
Ce n’est pas un secret, tout est dit enfin.

Glossaire :
Aiguail : de esgail « rosée » (1561).
Alacrite : [licence] Ardent, (latin alacritas « ardeur »).
Albé : [licence] blanchi, (esp. albear « blanchir »).
ArĂ©ique : PrivĂ© d’eau. ComposĂ© de a-, du grec ancien áż„Î­Ï‰, rhĂ©ĂŽ (« couler ») et -ique.
Cent : correspond symboliquement au dix-neuviÚme arcane du Tarot: le Soleil, et symbole de la béatitude céleste
Cinabre : Sous forme élémentaire ou oxydée du mercure, minéral de couleur rouge vermillon.
Cyrano : Nom donnĂ© au vaisseau, en hommage Ă  l’Ă©crivain Cyrano de Bergerac, auteur des  » États et empires de la lune et du soleil ». Dans ce rĂ©cit, le hĂ©ros est portĂ© jusqu’Ă  la lune par l’Ă©vaporation de la rosĂ©e du matin sous les rayons du soleil.
Eon : Émanation divine. Pour Platon, c’est le monde Ă©ternel des idĂ©es (latin Aeon, le Dieu phĂ©nicien du temps Ă©ternel).
Gibuleux : [licence] gibuleuse, se dit de la lune est presque pleine, quand il ne reste qu’un croissant noir manquant.
Lustrale : Ca 1355 «qui sert à purifier, expiatoire» (Bersuire, Tit. Liv.)
Météore : Dans le sens ancien, phénomÚne céleste (latin meteorum « élevé, dans les airs »).
Midi & Minuit: Le Midi symbolise l’immobilitĂ© et l’absolu. La Minuit, le temps du secret et du jugement divin, qui conduira Ă  la victoire de la lumiĂšre. Les Maçons travaillent symboliquement de midi, lorsque le Soleil est au ZĂ©nith, jusqu’Ă  minuit, maximum de la luminositĂ© de la Lune, (heure symbolique de fermeture des travaux en loge, le Nadir). Dans la tradition maçonnique, l’« Ăąme rĂ©unie » est celle qui rassemble en un seul ĂȘtre, le Soleil et la Lune, le jour et la nuit, RĂ© et Osiris. C’est aussi le signe du travail accompli.
MnĂ©mosyne : Fille d’Ouranos (le Ciel) et de GaĂŻa (la Terre), dĂ©esse de la MĂ©moire et crĂ©atrice des mots et du langage.
ƒuvre au noir : (mĂ©lanosis en grec, nigredo en latin) PremiĂšre phase de l’ƒuvre alchimique. CouplĂ©e Ă  l’ƒuvre au blanc, l’ensemble reprĂ©sente le Petit ƒuvre ou « spiritualisation du corps ».
ƒuvre au rouge : (iosis, rubedo) QuatriĂšme et derniĂšre phase de l’ƒuvre alchimique, l’union du mercure et du soufre aboutissant Ă  l’obtention de la pierre philosophale de couleur rouge. CouplĂ©e Ă  l’ƒuvre au jaune, l’ensemble reprĂ©sente le Grand ƒuvre.
Perle: C’est le cadeau d’une nĂ©rĂ©ide remis Ă  Dame Alchimie dans « les noces chimiques » de Johann Valentin Andreae. Pour les alchimistes, la perle reprĂ©sente la coquille mercurielle au sein de laquelle l’adepte recueille l’eau cĂ©leste indispensable Ă  ses travaux (La rosĂ©e).
Rapide argent : périphrase pour vif-argent, nom alchimique du mercure. Mercure est, dans la mythologie, le messager des Dieux.
RosĂ©e : TroisiĂšme agent de l’ƒuvre alchimique, La ‘RosĂ©e’ contient le ‘Sel’ ou feu perpĂ©tuel indispensable Ă  l’opĂ©ration.
Uranie : (en grec ancien ÎŸáœÏÎ±ÎœÎŻÎ± / OuranĂ­a, « la CĂ©leste ») Ă©tait la Muse qui prĂ©sidait Ă  l’Astronomie et Ă  l’Astrologie dans la mythologie grecque

Laisser un commentaire

Champs Requis *.


Je ne suis pas un robot! * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.