KUPKΛ ΛNKH BΛLTHΛZΛR

Chroniques de l'ile oubliée

Kupka Ankh Balthazar : Chroniques de l'ile oubliée

Le marché aux ânes (La capitale des Songes 2)

| 0 Commentaires

Ane-Sogodie-web

Il convient également de dire un mot à propos du marché aux ânes. Selon un arrêté officiel les ânes de Sogonie ne peuvent quitter la ville, ils sont effectivement considéré comme entités indivisibles de la mégapole et ne peuvent être exportés sous aucune condition. Le termes de marché aux ânes peut donc sembler inadapté aux visiteurs de passage, car la seule option qui leur soit proposée est une location à la journée. Néanmoins les résidents permanents peuvent, en ce qui les concernent, acquérir un âne de Sogonie sans aucune restriction de durée.

L’âne de Sogonie est un des seuls moyens de transport autorisĂ© Ă  l’intĂ©rieur de la ville, en sus bien Ă©videmment de la marche Ă  pied. L’animal se montre particulièrement adaptĂ© aux trajets dans les ruelles Ă©troites et pentues, très souvent interrompues par d’interminables escaliers. La plupart des lieux Ă  visiter proposent des Ă©curies adaptĂ©es aux montures et il est très faciles de se procurer la nourriture appropriĂ©e quelque soit le quartier urbain oĂą l’on se trouve. A noter que les ânes de Sogonie sont très respectĂ©s par les Sogoniens qui leur vouent une sorte dĂ©votion presque incomprĂ©hensible. Toutes maltraitance, aussitĂ´t repĂ©rĂ©e, est sĂ©vèrement punie et le responsable ne pourra plus louer un seul âne durant le reste de son sĂ©jour. Il est donc conseillĂ© aux touristes de prĂŞter une attention toute particulière Ă  leur monture.

La morphologie de l’âne de Sogonie se rapproche approximativement de celle du Mammoth Jackstock, une bĂŞte que l’on trouvait communĂ©ment sur le territoire amĂ©ricain au XIXème siècle. Il est assez grand (1,60m au garrot) et haut sur pattes; mais Ă  l’inverse, sa robe pie est velue et frisĂ©e comme celle du baudet du Poitou. Une de ses autres caractĂ©ristique est la prĂ©sence d’une spirale inversĂ©e blanche sur le front toujours brun de l’animal, dont le nombre de spires n’est jamais supĂ©rieur Ă  trois.  Pour les amateurs de folklore local, une lĂ©gende existe expliquant sans doute partiellement l’attachement inconditionnel des Sogoniens Ă  leurs ânes. le rĂ©cit se trouve en bonne place dans un recueil de contes Ă©nigmatiquement intitulĂ© « Les neufs patiences ridicules de l’empereur sans tĂŞte » (Ă©nigmatique car aucun des contes, au nombres de 24, compilĂ©s dans ce livre ne parle de patiences, ni d’empereur) sans doute disponible dans la plupart des librairies Ă  condition de savoir chercher une aiguille dans une botte de foin … Nous reviendrons sur la particularitĂ© des librairies Sogoniennes dans un article ultĂ©rieur.

Vente et location des ânes se dĂ©roulent Ă  la criĂ©e sur cette fameuse place. C’est un dĂ©tour obligĂ© pour tout les amateurs de traditions locales. On dit que Le marchĂ© aux ânes de Sogonie est l’un des plus ancien de tout l’archipel. A l’origine on comptait une cinquantaine d’Ă©leveurs, un chiffre qui s’est considĂ©rablement rĂ©duit depuis. La reproduction et l’entretien des bĂŞtes sont dĂ©sormais gĂ©rĂ©s par une demi-douzaine de coopĂ©ratives. Ce qui n’empĂŞche pas la multiplication des stands de vente et location ou hurlent les crieurs, qui combinĂ© au braiments des ânes se rĂ©pondant les uns les autres, contribue à l’atmosphère si particulière et inimitable du lieu.

Si vous louez un âne, vous aurez droit en sus Ă  un harnachement complet au couleurs traditionnelles, c’est Ă  dire rouge, lie-de-vin et beige. La couverture tissĂ© comporte gĂ©nĂ©ralement des chevrons gris clair rehaussĂ©s de motifs variĂ©s brodĂ©s au fil d’or. Vous pouvez aussi obtenir en option, un kit de chargement constituĂ© de deux grands paniers d’osier portĂ©s de part et d’autre de l’animal. Si vous vous contentez du harnachement de base, une sĂ©rie d’accroches sur la selle permettent d’y suspendre quelques sacs ou paniers. Les ânes de Sogonie se nourrissent principalement de foin, d’orge ou d’avoine. Les autres cĂ©rĂ©ales sont relativement rares. La ration rĂ©gulièrement dĂ©livrĂ©e par les commerçants lors des escales des touristes est constituĂ©e d’environ 70% de foin et 30% d’avoine.

Un autre moyen de transport non rĂ©pertoriĂ© existe, il s’agit des âlicornes. Leurs apparitions coĂŻncideraient avec le cataclysme qui frappa autrefois les deux villes jumelles qui prĂ©cĂ©dèrent la citadelle aĂ©rienne. D’après certaines thĂ©ories, le bouleversement cosmique rĂ©sultant aurait provoquĂ©, par basculement d’Ă©quilibre, l’Ă©crasement d’un satellite voisin (et non identifiĂ©) sur Sogonie. Ce minĂ©ral inconnu aurait « contaminé » la faune et la flore aux environs du point d’impact. D’après certaines chroniques, l’apparition des fleurs de verre, ainsi que des âlicornes seraient liĂ©e Ă  cet Ă©vènement. Âlicornes  et Fleurs de verre, n’apparaissant et ne se reproduisant que dans ce pĂ©rimètre, sont très rares, et donc protĂ©gĂ©s. L’accès de la zone est rĂ©servĂ©e Ă  certains notables,  ou proche de la famille princière. De plus les âlicornes ne s’accouplant que toutes les quatre lunes, leur caractère prĂ©cieux les rĂ©serve Ă  un quota restreint de privilĂ©giĂ©s. Il est nĂ©anmoins possible d’en croiser au hasard d’un point d’eau … mais leur capture Ă  l’Ă©tat sauvage est une chose peu aisĂ©e.

Les âlicornes portent en partie les caractĂ©ristiques physiques de l’âne Sogonien, mais l’animal est Ă©galement dotĂ© d’une longue corne au dessin spiralĂ©e, ainsi que de deux robustes ailes qui lui permettent de s’Ă©lever dans les airs sans effort apparent avec un cavalier. Il est donc possible d’en apercevoir quelques uns en levant les yeux au hasard des dĂ©ambulations.

Laisser un commentaire

Champs Requis *.


Je ne suis pas un robot! * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.