KUPKΛ ΛNKH BΛLTHΛZΛR

Chroniques de l'ile oubliée

Kupka Ankh Balthazar : Chroniques de l'ile oubliée

( Si… ) Les rĂŞves

| 0 Commentaires

aurora_borealis_from_iceland_by_porbita

Si les rĂŞves pouvaient s’Ă©crire
Aux abords du pays des songes,
Dans les songes on pourrait lire
Ces mots que le regard exige.

On découvrirait dans les livres
Les mots que tisse le sommeil
Emporté par le bateau ivre
Chevauchant les vagues vermeilles.

Dans l’orbe des nuits soyeuses
Chante une langue singulière,
Du Lak ou de l’Inuktitut ?
Un chant d’ivresse batailleuse.
Une ode s’Ă©levant altière.
Une aria que les astres Ă©coutent.

C’est une geste serpentine
A l’Ă©trange croisĂ©e de l’ĂŞtre
Et du néant indéchiffrable
Qu’une vibrante lutte anime
Un combat Ă©puisant peut-ĂŞtre
Ou un mystère inexprimable

Entre les pages entrouvertes
En travers des signes des pages
Coule comme une rivière
Au matin dans des rues désertes
Les rĂ©cits d’une ville sage
Une vérité avant-dernière

Un conte né entre les pierres
D’une cabane abandonnĂ©e
Qu’aurore la nuit borĂ©ale
Frangée de pluies aurifères
Sous le grand ciel étoilé
De mes rêveries idéales

Bleu contre bleu, syllabe et voix
Lien unissant deux royaumes
Serré entre mes doigts brûlants
Comme le bec de plume d’oie
Traçant les lettres qui la nomme
Citadelle d’un monde blanc

CitĂ© qu’un soleil aveugle
Voguant au milieu des cieux
Dissimulée dans les nuages
Un alentour bruissant d’oiseaux
Sentinelles d’un songe heureux
DĂ©livrant d’Ă©tranges voyages

Entre les arbres d’un jardin
Dérobé au cœur des ruelles
Sinueuses et enchevêtrées
De la ville au mille chemins
Où deux destinées se mêlent
Sous l’ombre des dragonniers

La ville haute, la ville basse
Receleuse de brumes blondes
Liées par un double destin
Qu’une allĂ©gorie entrelace
Sous les fables vagabondes
Que se raconte les vauriens

Dans l’enceinte close des parcs
Qu’une ronde lune croquĂ©e
Camoufle d’artifices ombreux
Deux silhouettes se démarquent
Se sauvant de l’autre cotĂ©
Par un moyen mystérieux

Et s’Ă©garent dans la nuit noire
Sommeil tissĂ© de rouge et d’or
Entre les ronces du désir
A la recherche d’un grimoire
Ciel rouge, ciel noir, claires aurores
Leur paradis contre un empire …

Laisser un commentaire

Champs Requis *.


Je ne suis pas un robot! * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.